Au sein du mouvement des Grands Frères Grandes Soeurs, nous croyons que tous les enfants devraient avoir la chance d’atteindre leur plein potentiel, en tant qu’individus et citoyens. Nous croyons qu’en changeant le cours de la vie des jeunes, nous pouvons en retour changer le cours de l’avenir de la communauté.
Le Blogue des GFGSC est une plateforme que nous utiliserons pour sensibiliser la population sur les problématiques clés auxquels les jeunes d’aujourd’hui font face. Parfois, nous plaiderons pour notre cause, parfois, nous chercherons à éduquer, informer, poser des questions, mais nous désirons en tout temps susciter la discussion sur les problématiques les plus pressantes qui affectent les générations de jeunes d’aujourd’hui.


mercredi 26 mars 2014

Les Canadiens font des dons, mais ne profitent pas du crédit d’impôt

Par Bill Schaper


Les Canadiens sont généreux. Les plus récentes statistiques disponibles montrent que, en 2010, 84 % des Canadiens ont offert un total de 10,6 milliards de dollars aux organismes caritatifs, soit un don moyen annuel de 446 $ par donateur. Voici les principales raisons qui motivent les gens à faire des dons : aider ceux qui sont dans le besoin, soutenir les causes en lesquelles ils croient et contribuer à leur collectivité.

Au Canada, les gouvernements offrent une aide généreuse aux personnes qui réclament dans leur déclaration de revenus un crédit pour don de bienfaisance. Le crédit d’impôt fédéral est de 15 % pour les dons totalisant 200 $ ou moins, et de 29 % pour les dons totalisant plus de 200 $. À ce crédit d’impôt s’ajoutent les crédits d’impôt accordés par les provinces, ce qui réduit de façon significative le coût des dons.
Mais proportionnellement, il n’y a pas beaucoup de Canadiens qui profitent du crédit d’impôt. En 2010, seulement 23,4 % ont demandé le crédit d’impôt pour don de bienfaisance, ce qui est considérablement moins qu’en 1990 alors que presque 30 % l’avaient demandé.

La plupart des gens ne sont pas motivés à faire des dons à cause du crédit d’impôt, alors pourquoi est-ce important de le demander, du moment qu’ils continuent à faire des dons?

Voici ce que représente le crédit d’impôt pour une personne qui offre ce don moyen de 446 $. Selon le lieu de résidence, le coût après impôt pour ce don de 446 $ s’établit entre 262 $ pour les résidents du Québec et 308 $ pour une personne qui demeure au Nunavut. Si quelqu’un est déjà généreux et souhaite faire encore davantage, l’obtention du crédit d’impôt lui permettra d’avoir plus d’argent dans ses poches — de l’argent qu’il pourra donner à sa cause préférée.

Et pour les personnes qui ne font pas de dons (peut-être parce qu’elles pensent ne pas en avoir les moyens) ou qui n’ont pas demandé de crédits d’impôt, le système est encore plus généreux pour les prochaines années. En 2013, le gouvernement fédéral a annoncé le super crédit pour premier don de bienfaisance, qui, pour les donateurs admissibles, signifie un crédit d’impôt supplémentaire de 25 % pour les dons de bienfaisance. Si une personne se qualifie, ce don moyen de 44 $ ne représentera en réalité qu’un coût entre 151 $ et 197 $.

Moins du quart des Canadiens mentionnent que le crédit d’impôt est un motif qui les incite à faire des dons, et moins du quart demandent le crédit d’impôt. Ils croient peut-être qu’il n’est pas approprié d’être « récompensé » pour faire le bien. Mais considéré sous un angle différent, le crédit d’impôt est en réalité un outil très efficace pour aider ceux qui soutiennent déjà leur collectivité à faire en sorte que les impôts qu’ils auraient payés soient convertis en dons pour les organisations et les causes qui, selon eux, ont un réel impact. Pour calculer votre propre crédit d’impôt pour don de bienfaisance, utilisez ce calculateur de crédit d’impôt.

Les baby-boomers (qui sont statistiquement les plus généreux donateurs) prennent leur retraite et pour beaucoup d’entre eux la disponibilité des revenus est moindre. Ce fait, conjugué aux difficultés pour mobiliser les Canadiens plus jeunes qui ont différentes façons d’exprimer leur engagement envers leur collectivité (sans parler de diverses pressions financières auxquelles les générations précédentes ont été confrontées), crée de nouveaux défis : il faut s’assurer que les dons demeurent à un niveau permettant aux organismes caritatifs de maintenir leur énorme contribution en faveur de nos collectivités et de la qualité de vie. Une réflexion plus stratégique au sujet des dons que nous faisons, et au sujet de l’impact que peuvent avoir les crédits d’impôt sur nos dons, constitue une pièce vitale du puzzle.

http://compfight.com/search/mariacasa-mittens-canada/1-0-1-1

Photo : mariacasa via Compfight cc

Ce blogue a été initialement publié sur le site Web de CanadaDon et Imagine Canada.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire