Au sein du mouvement des Grands Frères Grandes Soeurs, nous croyons que tous les enfants devraient avoir la chance d’atteindre leur plein potentiel, en tant qu’individus et citoyens. Nous croyons qu’en changeant le cours de la vie des jeunes, nous pouvons en retour changer le cours de l’avenir de la communauté.
Le Blogue des GFGSC est une plateforme que nous utiliserons pour sensibiliser la population sur les problématiques clés auxquels les jeunes d’aujourd’hui font face. Parfois, nous plaiderons pour notre cause, parfois, nous chercherons à éduquer, informer, poser des questions, mais nous désirons en tout temps susciter la discussion sur les problématiques les plus pressantes qui affectent les générations de jeunes d’aujourd’hui.


jeudi 12 juin 2014

Quelques questions pour papa


Il y a quelques jours, je jouais à la lutte sur le sol avec mon fils de trois ans lorsqu'il m’a très soudainement rentré un doigt dans l’œil. Il a enfoncé son doigt très fort tout en souriant à pleines dents. J’ai dû quitter la pièce pour aller mordre dans un oreiller et me donner un instant pour m’en remettre. Je dois l’admettre, j’étais très contrarié. Nous avions du plaisir, pourquoi lui a-t-il fallu me mettre un doigt dans l’œil? Je ne l’ai pas réalisé sur le coup, mais ce qu’il cherchait vraiment était des réponses.

Que se passe-t-il lorsque je mets mon doigt dans l’œil de papa?
Est-ce que cela le fâche?
Est-ce que cela m’attire des ennuis?
De quoi est-ce fait au juste un œil?

Voilà d’excellentes questions et je suis certain que mon fils a appris exactement ce qui se passe lorsque tu mets ton doigt dans l’œil de papa ce jour-là. Je suis heureux d’avoir pu t’enseigner cette précieuse leçon mon fils.

Je suis père depuis seulement quelques années. J’ai deux fils; mon plus jeune est âgé de trois ans et mon fils aîné aura bientôt six ans. Ils explorent leur monde et en apprennent chaque jour davantage et moi de même.

Environ une semaine après l’incident du doigt dans l’œil, ce fut au tour de mon fils aîné de me prendre par surprise. Cependant, il ne m’a pour sa part infligé aucune douleur physique. Durant un trajet de sept minutes pour nous rendre au cours de karaté, il m’a soumis à une série de questions qui m’ont dérouté. J’ai tenté de répondre à chaque question par une réponse honnête et informative, mais chaque réponse a mené à une nouvelle question, encore plus compliquée que la précédente. Voici ce à quoi les questions ressemblaient

« Papa, pourquoi les choses explosent-elles? »
« Quelle est la plus grosse bombe jamais inventée? »
« Pourquoi l’a-t-on inventée? »
« Pourquoi y a-t-il des guerres? »
« Qu'est-ce que la religion? »
« Crois-tu au paradis? »

Je me suis rapidement trouvé dans une situation pour laquelle j’aurais assurément dû étudier. En à peine sept minutes, nous avons couvert des questions d’ordre physique et chimique, historique, politique, géographique, touchant les différences culturelles, la guerre, la philosophie, la mort et finalement la foi et la religion.

Je fais de mon mieux pour répondre, mais admettons-le, ce sont des questions plutôt difficiles! Quoi qu’il en soit, je présume que j’ai passé le petit test. Il semblait satisfait de mes connaissances physiques faibles, de mes réponses historiques incomplètes, de ma culture géographique discutable et de mes tentatives totalement déroutantes pour généraliser en ce qui a trait à la philosophie et à la religion.

J’ai su bien avant la naissance de mes fils que je souhaitais être père, mais je voulais ardemment être un bon père, un père qui ne crie pas ou ne se fâche pas, un père qui soutient et est patient, un père qui attentionné et affectueux, un père qui est un bon modèle et qui a les réponses à toutes sortes de questions. Ce qui m’a surpris c’est à quel point, cela a été difficile… à quel point cela est difficile. J’aime mes fils plus que tout et je désire qu’ils deviennent des hommes forts, confiants et bienveillants. Je veux tout leur donner, mais je crains que ce faisant ils deviennent des adultes égoïstes et cupides. Je veux les renseigner sans les effrayer. Je veux nourrir leur imagination et leur créativité, mais qu’ils soient également réalistes et astucieux. Je veux leur démontrer de l’amour et leur enseigner le respect.

Finalement, je reste avec tant de questions. Comment parvient-on à faire tout cela? Comment être un père formidable? Je n’en ai vraiment aucune idée. Si vous avez tout compris, de grâce répondez-moi. En attendant, je vais simplement faire de mon mieux pour répondre à leurs questions.

Heureusement, je ne fais pas cavalier seul. J’ai la chance d’avoir une partenaire brillante et bienveillante pour m’aider à rester calme, sain d’esprit et rassuré. J’ai également la chance d’avoir moi-même un père vers qui je peux me tourner. Il n’a pas toutes les réponses lui non plus et ce n’est pas grave.

Bonne fête des Pères à tous les papas qui tentent de comprendre tout cela, à ceux qui sont déjà passés par là et à ceux qui seront bientôt papas et qui n’ont aucune idée de ce qui les attend.

Garner Beckett
Directeur du développement
Grands Frères Grandes Soeurs du Canada


Aucun commentaire:

Publier un commentaire